Accueil » Blog » L’ÉGLISE A-T-ELLE REMPLACÉ ISRAËL ?

L’ÉGLISE A-T-ELLE REMPLACÉ ISRAËL ?

Pendant près de 2000 ans, l’Église dans son ensemble, tant catholique que protestante, a soutenu qu’en raison du fait que les Juifs ont rejeté Jésus comme leur Messie, Dieu a déversé sa colère sur eux en 70 après J.-C., détruisant leur nation et leur temple, et qu’il s’en est lavé les mains, les laissant sans aucun but en tant que nation. En bref, à cause de leur rébellion contre Dieu dans leur rejet de Jésus, Dieu a remplacé Israël par l’Église, transférant les bénédictions promises à Israël à l’Église.

C’est ce qui est appelé la « théologie du remplacement », et ceux qui y croient constituent la majorité des chrétiens professants aujourd’hui. En conséquence, ils considèrent l’Israël moderne comme un accident de l’histoire, sans aucune signification spirituelle.

Et par conséquent, ils nient que Dieu ait des plans particuliers pour le peuple juif à la fin des temps. Encore une fois, pour eux, le rassemblement des Juifs et le rétablissement d’Israël ne sont que des accidents de l’histoire, sans signification spirituelle.

L’ORIGINE DE LA THÉOLOGIE DU REMPLACEMENT

Le Sceau Messianique de l'Eglise de Jérusalem.

Les racines de la théologie du remplacement et son fruit, l’antisémitisme, remontent jusqu’au tout début du christianisme. Cela est ironique si l’on considère le fait que l’Église a commencé comme une institution juive. Elle a été fondée en Judée par des Juifs qui étaient les disciples d’un Messie juif, et tous ses documents fondateurs ont été écrits par des Juifs1.
Le symbole de droite est le plus ancien symbole chrétien qui ait jamais été trouvé. Il met clairement en évidence les origines juives du christianisme. Le symbole est gravé sur des objets trouvés à Jérusalem qui remontent au premier siècle2. Comme vous pouvez le voir, il montre le poisson, symbole de l’Église, émergeant de racines juives, représentées par la Ménorah et l’Étoile de David. Le poisson est devenu un symbole pour les chrétiens parce que le mot pour poisson en grec est icthus, et les chrétiens ont utilisé les lettres de ce mot, ICTHUS, comme un acronyme pour Iesous, Christos, Theos, Huios, et Soter, ce qui signifie Jésus-Christ, le Fils de Dieu et le Sauveur.
Mais la touche juive distinctive du christianisme primitif ne durera pas longtemps. Lorsque l’Église a commencé à se répandre au-delà de la Judée, son message a été adopté par un nombre croissant de païens qui n’avaient aucun intérêt à rester en contact avec les racines juives de l’Église. Pire encore, les nouveaux dirigeants païens ont commencé à se retourner contre les Juifs en les qualifiant de « tueurs de Christ ». Considérez les exemples suivants3:

  • Ignace d’Antioche (50-117 ap. J.-C.) – Il a enseigné que ceux qui participent à la Pâque ont part à ceux qui ont tué Jésus4.
  • Justin Martyr (100-106 après J.-C.) – Il a affirmé que l’alliance de Dieu avec Israël n’était plus valable et que les Gentils avaient remplacé les Juifs5.
  • Irénée (vers 130-202 après J.-C.) – Il a déclaré que les Juifs étaient déshérités de la grâce de Dieu6.
  • Tertullien (vers 155-230 après J.-C.) – Il attribue aux Juifs la responsabilité de la mort de Jésus et affirme qu’ils ont été rejetés par Dieu7.
  • Origène (185-254 après J.-C.) – Il est à l’origine d’une grande partie de l’antisémitisme, qui reposait sur son affirmation selon laquelle les Juifs étaient responsables de la mort de Jésus8.
  • Le concile d’Elvira (305 après J.-C. en Espagne) – Il a interdit aux chrétiens de partager un repas avec un juif, d’épouser un juif, de bénir un juif ou d’observer le sabbat9.
  • Le concile de Nicée (325 ap. J.-C. en Turquie) a changé la célébration de la résurrection de la fête juive des premiers fruits en Pâques dans le but de la dissocier des fêtes juives. Le Concile a déclaré :  » Car il est inconvenant, au-delà de toute mesure, de suivre les coutumes des Juifs pour la plus sainte des fêtes. Désormais, n’ayons rien en commun avec ce peuple odieux… « 10
  • Eusèbe (environ 275-339 après J.-C.) – Enseigne que les promesses de l’Écriture étaient destinées aux Gentils et les malédictions aux Juifs. Il a affirmé que l’Église était le « véritable Israël ».11
  • Jean Chrysostome (349-407 ap. J.-C.) – Il a prononcé une série de sermons contre les Juifs dans lesquels il déclarait : « La synagogue n’est pas seulement un bordel et un théâtre, c’est aussi un repaire de voleurs et un lieu d’hébergement pour les bêtes sauvages… Les Juifs sont des meurtriers invétérés possédés par le Diable. Leur débauche et leur ivrognerie leur donnent les manières d’un porc ». Il a nié que les Juifs puissent jamais recevoir le pardon. Il prétendait que c’était un devoir chrétien de haïr les Juifs. Il a affirmé que les Juifs adoraient Satan. Et cet homme a été canonisé comme un saint!12
  • Jérôme (ca 347-420 AD) – Décrit les Juifs comme « … des serpents portant l’image de Judas. Leurs psaumes et leurs prières sont des braiments d’ânes… Ils sont incapables de comprendre l’Écriture… « 13
  • Saint Augustin (354-430 ap. J.-C.) – Il a affirmé que les Juifs méritaient la mort mais qu’ils étaient destinés à errer sur la terre pour être témoins de la victoire de l’Église sur la synagogue « 14

LE MOYEN ÂGE

Vers le Moyen Âge, deux concepts erronés s’étaient imposés dans la doctrine de l’Église :

Les Juifs doivent être considérés comme des « tueurs de Christ » et doivent être maltraités en conséquence.
L’Église a remplacé Israël, et Dieu n’a pas de projet d’avenir pour les Juifs.
Ces concepts ont été renforcés tout au long du Moyen Âge par les croisades, l’Inquisition, les pièces de théâtre de la passion, l’épidémie de peste noire et les diffamations.


En 1095, le pape Urbain II lance un appel à la croisade pour débarrasser la Terre sainte de ses dirigeants musulmans. Bien que l’objectif premier de la croisade soit de libérer Jérusalem des musulmans, les Juifs constituent une seconde cible. Les haines et les peurs accumulées à la suite des accusations de déicide (le meurtre de Dieu) explosent avec cet appel aux armes. L’abbé de Cluny demande pourquoi les chrétiens devraient se rendre « au bout du monde pour combattre les Sarrasins, alors que nous admettons parmi nous d’autres infidèles mille fois plus coupables envers le Christ que les mahométans ». La passion religieuse, la cupidité et la vulnérabilité des juifs ont conduit à la montée de foules violentes qui ont assassiné des milliers de juifs au cri de « La conversion ou la mort ! » Ce comportement s’est poursuivi pendant huit autres croisades jusqu’à la 9e en 1272.15


Les pièces de théâtre de la Passion abondaient au Moyen Âge, et elles étaient utilisées pour cultiver la haine envers le peuple juif. Les Juifs étaient dépeints comme des démons qui savaient pertinemment que le Christ était le fils de Dieu. Dans chaque pièce, alors que le Christ portait la croix, il était torturé par des démons assoiffés de sang, maudits, avec des nez crochus, des cornes et des queues. Les Juifs étaient présentés comme aussi mauvais que le Christ était divin.16


Tout au long du Moyen Âge, les chrétiens professants ont diffusé des mythes qui ont contribué à renforcer la haine et la peur du peuple juif. Par conséquent, il est devenu courant pour les groupes chrétiens de considérer les Juifs comme des agents de Satan. L’un des mythes anti-juifs les plus populaires et les plus largement acceptés était l’idée que les juifs assassinaient des chrétiens chaque année au moment de la Pâque afin d’obtenir le sang nécessaire à l’accomplissement de rites sataniques. Cette idée est devenue connue sous le nom d’accusation de meurtre rituel ou de « diffamation du sang ». Un autre mythe courant qui circulait à cette époque était que les Juifs volaient les hosties utilisées pour la communion et les poignardaient avec des couteaux, tuant ainsi le Christ une fois de plus !17


Au milieu du XIVe siècle, la peste noire a tué environ un tiers de la population européenne. À l’époque, on ne savait pas comment la maladie s’était propagée, mais des histoires et des rumeurs circulaient selon lesquelles les Juifs avaient empoisonné les puits. Bien que cette accusation soit totalement infondée, de nombreux chrétiens ont cru à ce mythe. L’une des raisons pour lesquelles il était facile d’y croire est que les Juifs n’ont pas été touchés par la peste autant que les Gentils. Mais cela était dû aux lois sanitaires de la Bible que les Juifs suivaient scrupuleusement. Cette accusation a entraîné de graves répercussions pour les Juifs. Plus de soixante communautés juives furent réduites en cendres et tous leurs occupants tués, et dans certains endroits, des Juifs furent torturés et brûlés à mort dans des bûchers.18


En 1478, le pape Sixte IV accorda aux monarques d’Espagne, Ferdinand et Isabelle, le droit d’établir une inquisition spéciale en Espagne pour s’occuper des Juifs baptisés qui étaient soupçonnés de rester fidèles au judaïsme. Des milliers de personnes ont été brûlées sur le bûcher sur ordre de l’Inquisition espagnole. En 1492, le roi Ferdinand a décidé que tous les Juifs d’Espagne devaient être bannis du pays. On craignait que les Juifs ne soient un danger pour le christianisme. Environ 150 000 Juifs ont été contraints de quitter l’Espagne.19

L’IMPACT DE LA RÉFORME

Malheureusement, la Réforme n’a produit aucun changement d’attitude. En fait, la haine des Juifs a été renforcée et intensifiée par les écrits de Martin Luther, l’homme même qui a lancé la Réforme. Au départ, Luther avait de la sympathie pour les Juifs car il pensait que leur rejet de l’Évangile était dû à leur reconnaissance de la corruption de l’Église catholique romaine. Mais lorsqu’ils ont continué à rejeter l’Évangile, Luther s’en est pris à eux avec vengeance. En 1543, il rédige un tract intitulé « Concernant les Juifs et leurs mensonges ». Ce document est une véritable diatribe antisémite. Il y décrit les Juifs comme:20

  • « Un peuple misérable et maudit »
  • « Des idiots stupides »
  • « Misérables, aveugles et insensés »
  • « Voleurs et brigands »
  • « La grande vermine de l’humanité »
  • « Voleurs paresseux »
  • « Aveugles et venimeux »

Après les avoir déshumanisés et diabolisés, Luther fait des propositions étonnantes pour les gérer :

  • Leurs synagogues et leurs écoles devraient être brûlées.
  • Leurs maisons devraient être détruites.
  • Leurs écrits talmudiques devraient être confisqués.
  • On devrait interdire à leurs rabbins d’enseigner.
  • Leur argent devrait leur être confisqué.
  • Ils devraient être contraints au travail forcé.


Il va sans dire que les nazis citèrent joyeusement Luther lorsqu’ils prirent le pouvoir et lancèrent l’Holocauste. Dans son livre Mein Kampf, publié en 1925, Adolf Hitler fait référence à Martin Luther comme à « un grand guerrier, un véritable homme d’État et un grand réformateur ». N’oubliez pas qu’Hitler était un chrétien convaincu. En 1924, lors d’un rassemblement chrétien à Berlin, Hitler s’est adressé à des milliers de personnes et a reçu une ovation lorsqu’il a fait la proclamation suivante : « Je crois qu’aujourd’hui j’agis conformément à la volonté de Dieu tout-puissant en annonçant l’œuvre la plus importante que les chrétiens puissent entreprendre – et c’est d’être contre les Juifs et de s’en débarrasser une fois pour toutes. « 21 Hitler a ensuite parlé de l’influence de Luther sur sa vie:22


« Martin Luther a été le plus grand encouragement de ma vie. Luther était un grand homme. C’était un géant. D’un seul coup, il a annoncé la venue d’une nouvelle aube et d’un nouvel âge. Il a vu clairement que les Juifs devaient être détruits, et nous commençons seulement à voir que nous devons poursuivre ce travail. »
Lors des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, le chef nazi Julius Streicher s’est défendu en disant : « Je n’ai jamais rien dit que Martin Luther n’ait pas dit « 23.

La terrible vérité que les chrétiens n’aiment pas voir en face, et que beaucoup ignorent, est que l’Holocauste est le produit de 1 900 ans d’antisémitisme chrétien virulent.

LE NOUVEL ANTISÉMITISME

L’horreur de l’Holocauste a eu tendance à mettre en sourdine les formes les plus radicales d’antisémitisme parmi les dirigeants chrétiens. Mais en réalité, l’antisémitisme se poursuit aujourd’hui sous une nouvelle forme plus sophistiquée appelée antisionisme. Alors que l’antisémitisme cherchait à chasser les Juifs des terres où ils vivaient, l’antisionisme refuse d’accepter leur droit de vivre sur leur propre terre. Un bon exemple du nouvel antisémitisme se trouve dans un document publié par le Knox Theological Seminary du Dr James Kennedy en 2002. Il se présente sous la forme d’une lettre ouverte aux évangéliques concernant la terre d’Israël.24

Il a depuis été approuvé par des centaines de théologiens et de pasteurs, dont des vedettes comme R. C. Sproul. Le document commence par dénoncer ceux qui enseignent que les promesses de la Bible concernant la terre d’Israël s’accomplissent aujourd’hui « dans une région spéciale ou « Terre Sainte », mise à part par Dieu à perpétuité pour un seul groupe ethnique ».25 Il proclame ensuite que les promesses faites à Abraham « ne s’appliquent pas à un groupe ethnique particulier, mais à l’Église de Jésus-Christ, le véritable Israël » (c’est nous qui soulignons).26

Le document nie ensuite spécifiquement la revendication des Juifs sur toute terre du Moyen-Orient : Le document nie ensuite spécifiquement la revendication des Juifs sur toute terre au Moyen-Orient : « Le droit d’un groupe ethnique ou religieux quelconque à un territoire au Moyen-Orient appelé « Terre Sainte » ne peut être soutenu par l’Écriture. » Puis, de façon incroyable, le document affirme que « les promesses de terres spécifiques à Israël dans l’Ancien Testament ont été accomplies sous Josué ».27 Ajoutant du sel aux blessures, le document se termine par l’observation suivante:28

L’état séculier actuel d’Israël… n’est pas une réalisation authentique ou prophétique du royaume messianique de Jésus-Christ. En outre, il ne faut pas s’attendre à un jour où le royaume du Christ possédera des caractéristiques juives distinctes, que ce soit par son emplacement sur « la terre », par sa composition, ou par ses institutions et pratiques cérémonielles.

Et ainsi vous l’avez – un aperçu de la triste et sordide histoire de l’antisémitisme chrétien qui est enraciné dans la Théologie du Remplacement et qui continue à ce jour sous l’apparence de l’antisionisme.

L’ATTITUDE DES JUIFS

J’espère que vous comprenez maintenant pourquoi il est si difficile de partager l’Évangile avec les Juifs. Parce que les Juifs ont été persécutés et tués tout au long de l’histoire au nom de Jésus, le peuple juif considère le christianisme comme son ennemi mortel. Tout juif qui se convertit au christianisme est considéré comme un traître, car il est considéré comme ayant rejoint l’ennemi. C’est la raison pour laquelle les juifs orthodoxes réagissent si vivement à un enfant qui devient chrétien. Ils déclarent parfois que l’enfant est mort et organisent même un service funèbre. C’est la raison pour laquelle le mouvement juif messianique d’aujourd’hui est un véritable miracle.

LA RÉPONSE DE L’ÉCRITURE

Qu’est-ce que la Parole de Dieu a à dire sur tout cela ? Pour commencer, elle rejette fermement l’antisémitisme. Le Psaume 129:5-8 dit que « tous ceux qui haïssent Sion » seront « couverts de honte… ». Il affirme également qu’aucun croyant ne devrait jamais donner une bénédiction à une telle personne. En ce qui concerne la revendication selon laquelle les Juifs sont les « assassins du Christ », la Parole identifie clairement ceux qui ont assassiné Jésus et indique clairement qu’il ne s’agit pas exclusivement des Juifs. Dans Actes 4:27, on nous dit que Jésus a été tué par une conjuration qui impliquait « Hérode et Ponce Pilate, ainsi que les païens et les peuples d’Israël ». En réalité, nous avons tous le sang de Jésus sur nos mains, car nous avons tous péché (Romains 3:23), et Jésus est mort pour tous les pécheurs (1 Corinthiens 15:3).


En ce qui concerne l’idée que Dieu a déjà accompli les promesses de terre faites aux Juifs à l’époque de Josué, il est intéressant de noter que, bien après Josué, David a écrit dans les psaumes que la promesse de terre est de nature éternelle et doit encore être accomplie (Psaume 105:8-11). Le fait est que les Juifs n’ont jamais occupé toutes les terres qui leur ont été promises dans l’alliance Abrahamique (Genèse 15:18-21).


En ce qui concerne l’affirmation selon laquelle les Juifs ont été rejetés par Dieu, il convient de garder à l’esprit quelques principes bibliques. Premièrement, la Bible affirme que les Juifs ont été appelés en tant que peuple élu de Dieu pour être les témoins de ce que signifie avoir une relation avec Lui (Esaïe 43, 10-12). Et la Bible indique clairement que cet appel est « irrévocable » (Romains 11:29).


Deuxièmement, en contradiction directe avec la Théologie du Remplacement, la Bible enseigne que les Juifs n’ont jamais été rejetés par Dieu à cause de leur incrédulité. Dans Romains 3, Paul affirme carrément que leur rejet de Jésus n’a pas annulé la fidélité de Dieu aux promesses qu’il leur a faites (Romains 3:1-4). Paul réaffirme ce point en Romains 11,1 lorsqu’il demande : « Je dis donc que Dieu n’a pas rejeté son peuple, n’est-ce pas ? » Il répond à sa propre question par une déclaration emphatique : « Que cela ne soit jamais !… Dieu n’a pas rejeté son peuple qu’il a connu d’avance » (Romains 11,2). Il est vrai que le peuple juif est actuellement sous discipline à cause de son rejet de son Messie. À maintes reprises dans leurs Écritures, les prophètes ont dit qu’ils seraient disciplinés s’ils étaient infidèles, mais la promesse a toujours été faite qu’ils seraient préservés. Un exemple de ce type de déclaration prophétique se trouve dans Jérémie 30:11 –  » Car je suis avec toi, déclare le Seigneur, pour te sauver ; car je détruirai entièrement toutes les nations où je t’ai dispersé, seulement je ne te détruirai pas entièrement. Mais je vous châtierai avec justice, et je ne vous laisserai nullement impunis.' »
Dieu les a préservés dans sa grâce parce qu’il les aime. Dans Zacharie 2:8, Dieu proclame que le peuple juif est « la prunelle de ses yeux », et il met en garde contre quiconque tenterait de lui nuire.

Une autre raison pour laquelle ils ont été préservés est que Dieu est déterminé à amener un grand groupe résiduel au salut (Esaïe 10:20-22). Cette promesse est faite à plusieurs reprises dans les Écritures hébraïques et est confirmée par Paul dans le Nouveau Testament en Romains 9-11. Le salut de ce reste est décrit en détail dans Zacharie 12:10 où il est dit qu’à la fin de la Tribulation, les Juifs restants arriveront au bout d’eux-mêmes et tourneront leur cœur vers Dieu dans la repentance et accepteront Yéchoua comme leur Messie.

Ce reste de croyants entrera dans le Millénaire dans la chair et constituera la nation d’Israël à laquelle Dieu accomplira toutes les promesses qu’il a faites aux Juifs (Ésaïe 60-62). Au cours du millénaire, la nation d’Israël sera la première nation du monde par laquelle Dieu bénira toutes les autres nations (Zacharie 8:22-23).
En résumé, la Parole de Dieu indique clairement qu’Israël a définitivement un rôle et un avenir à la fin des temps.

QUESTIONS ESSENTIELLES

La première question que la plupart des gens posent habituellement en réponse à ces points bibliques sur Israël à la fin des temps est la suivante :  » Pourquoi Dieu continuerait-il à poursuivre un peuple aussi têtu et rebelle ? « .

La réponse est qu’ils sont des témoins de Dieu, et qu’à travers eux, Dieu démontre sa grâce insondable. Seul un Dieu de grâce les supporterait ! Mais cela est vrai pour vous et moi aussi. Dieu ne fait pas pour le peuple juif une chose qu’il n’est pas prêt à faire pour nous tous. Il nous poursuit dans l’amour malgré notre péché, et quelle que soit la rigidité de notre cou, il ne se lave jamais les mains de nous.

Cela nous amène à une deuxième question : Quel est le plan de Dieu pour les Juifs à la fin des temps ? Comment va-t-il assurer le salut d’un grand nombre d’entre eux ?

Permettez-moi de vous donner un bref aperçu de la réponse :

  • Le peuple juif, incrédule, sera rassemblé des quatre coins de la terre (Ésaïe 11:11-12). Il s’agit de la prophétie la plus prolifique de l’Ancien Testament. D’ailleurs, si Dieu n’a plus de but pour eux, pourquoi se donnerait-il la peine de les rassembler à nouveau ?
  • Leur état sera rétabli (Esaïe 66:7-8).
  • Ils occuperont à nouveau la ville de Jérusalem (Zacharie 8:7-8).
  • Toutes les nations du monde s’opposeront à eux sur la question du contrôle de Jérusalem (Zacharie 12:2-3).
  • L’Antichrist viendra à leur secours en leur garantissant la paix et en leur permettant de reconstruire leur temple (Daniel 9:27).
  • Mais au bout de 3 ans et demi, l’Antéchrist se déclarera Dieu et les Juifs le rejetteront (2 Thessaloniciens 2:3-4).
  • L’Antéchrist tentera alors d’anéantir les Juifs, et il réussira à tuer les deux tiers d’entre eux (Apocalypse 12:13-17 et Zacharie 13:8-9).
  • À la fin de la Tribulation, lorsque les Juifs seront arrivés au bout d’eux-mêmes, ils se tourneront vers Dieu et recevront Jésus comme leur Messie (Zacharie 12:10).
  • Jésus reviendra à ce moment-là, et il rassemblera tous les Juifs croyants en Israël, où il les établira comme la première nation du monde (Deutéronome 30:1-9).
  • Les bénédictions de Dieu s’étendront aux nations par l’intermédiaire des Juifs pendant le millénaire (Zacharie 8:22-23).

Comme vous pouvez le constater, le peuple juif joue un rôle très central dans la prophétie biblique de la fin des temps.

LA PERSÉVÉRANCE DE L’ANTISÉMITISME

Une perversion du christianisme est à l’origine de la majeure partie de l’antisémitisme dans le monde occidental. Dans toute l’Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans certaines régions d’Asie, l’antisémitisme a été encouragé par l’Islam. Le Coran appelle les Juifs « les enfants des singes et des porcs ».29 Mais il existe des antisémites dans le monde qui ne sont ni chrétiens ni musulmans et qui n’ont même jamais rencontré un Juif. Par exemple, il y a plusieurs années, cinq des dix livres les plus vendus au Japon étaient virulemment antisémites, attribuant tous les problèmes du Japon à une « conspiration juive internationale ».


Pourquoi l’antisémitisme est-il si répandu, si persistant, si virulent et si irrationnel ? C’est parce qu’il s’agit fondamentalement d’un phénomène surnaturel. Satan déteste les Juifs avec passion. Il les déteste parce que c’est par eux que Dieu a fourni la Bible et le Messie. Il les déteste parce que Dieu les a appelés à être son peuple élu. Il les déteste parce que Dieu a promis de sauver un grand reste d’entre eux. Il les déteste parce que Dieu les aime. Le résultat est qu’il fait des heures supplémentaires pour planter des graines de haine dans le cœur des gens à l’égard des Juifs. Il est déterminé à détruire tous les Juifs de la planète Terre afin que Dieu ne puisse pas tenir sa promesse de sauver un grand reste. Il a essayé de les anéantir lors de l’Holocauste. Il a échoué. Il essaiera de les détruire à nouveau pendant la dernière moitié de la Tribulation. Il échouera à nouveau.

CONCLUSION

C’est Dieu qui est aux commandes, pas Satan. Dieu a la sagesse et le pouvoir d’orchestrer tout le mal de Satan et de l’humanité pour faire triompher sa volonté parfaite dans l’histoire. Les Juifs seront préservés. Un grand reste sera sauvé. Toutes les promesses faites aux Juifs s’accompliront. Et quand cela se produira-t-il ? À la fin de la Tribulation, lorsque Jésus reviendra pour triompher de Satan. En ce jour glorieux, le reste des Juifs s’écrieront « Baruch Haba Bashem Adonaï », ce qui signifie « Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur » (Matthieu 23:39). (Matthieu 23:39).

NOTES

  1. On a traditionnellement pensé que Luc était un païen, mais récemment, des spécialistes se sont demandé s’il n’était pas en fait juif, ce qui signifie que toute la Bible a été écrite par des Juifs.
  2. Reuven Efraim Schmalz et Raymond Robert Fischer, The Messianic Seal of the Jerusalem Church (Olin Publications : Tiberias, Israël, 2e édition, 1999).
  3. On trouve sur Internet plusieurs bons résumés de l’antisémitisme des premiers Pères de l’Église. Voir, par exemple
    – YashaNet, « Anti-Semitism of the ‘Church Fathers' », www.yashanet.com/library/fathers.htm, consulté le 28 mai 2007.
    – Anonyme, « The History of the Church in Relation to Israel », http://fp.thebeers.f9.co.uk/history.htm, consulté le 28 mai 2007.
    – Wikipedia,  » Christianity and Anti-Semitism « , http://en.wikipedia.org/wiki/Christianity_and_antisemitism, consulté le 28 mai 2007.
    – John T. Pawlikowski, Journal of Religion & Society, « Christian Anti-Semitism : Past History, Present Challenges », http://moses.creighton.edu/JRS/2004/2004-10.html, consulté le 28 mai 2007.
    – Il existe également de bons résumés de la chronologie de l’antisémitisme chrétien : answers.com/topic/timeline-of-antisemitism
  4. www.religioustolerance.org/jud_pers1.html John G. Gager, The Origins of Anti-Semitism (Londres : Oxford University Press, 1983), pp. 127-129.
  5. Centre for the Study of Historical Christian Antisemitism, « Justin Martyr », www.hcacentre.org/JustinMartyr.html, consulté le 28 mai 2007.
  6. LeadershipU, « The Jews as the Christians Saw Them », www.leaderu.com/ftissues/ft9705/articles/wilken. html, consulté le 28 mai 2007.
  7. Centre for the Study of Historical Christian Antisemitism, « Origen », www.hcacentre.org/Origen.html, consulté le 28 mai 2007.
  8. California State University at Northridge, « Canons of the Church Council at Elvira (Granada) ca. 309 AD, » www.csun.edu/~hcfll004/elvira.html, consulté le 28 mai 2007.
  9. New Advent, « Easter Controversy », www.newadvent.org/cathen/05228a.htm, consulté le 28 mai 2007.
  10. Gene Shaparenko, The Resurgence of ‘Christian’ Anti-Semitism, www.aquatechnology.net/RESURGENCE.html, consulté le 28 mai 2007.
  11. Centre for the Study of Historical Christian Antisemitism, « John Chrysostom », www.hcacentre.org/JohnChrysostom.html, consulté le 28 mai 2007.
  12. Ibid,  » Saint Jérôme « , www.hcacentre.org/Jerome.html, consulté le 28 mai 2007.
  13. Ibid,  » Saint Augustin « , www.hcacentre.org/Augustine.html, consulté le 28 mai 2007.
  14. John Weiss, Ideology of Death : Why the Holocaust Happened in Germany, (Chicago : Ivan R. Dee, 1996) p. 15.
  15. Florida Holocaust Museum, « Antisemitism », www.flholocaustmuseum.org/history_wing/antisemitism/crusades.cfm, consulté le 28 mai 2007.
  16. Religious Tolerance.org, « Blood Libel Myths : Then and Now », www.religioustolerance.org/jud_blib1.htm, consulté le 28 mai 2007.
  17. Remember.org, « Classical and Christian Anti-Semitism », www.remember.org/History.root.classical.html, consulté le 28 mai 2007.
  18. Jewish History Sourcebook, « The Expulsion from Spain, 1492 CE », www.fordham.edu/halsall/jewish/1492-jews-spain1.html, consulté le 28 mai 2007.
  19. La bibliothèque virtuelle juive, « Martin Luther : The Jews and Their Lies (1543), » www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/anti-semitism/Luther_on_Jews.html, consulté le 22 mai 2007.
  20. Phyllis Petty, « Christian Hatred and Persecution of the Jews », www.therefinersfire.org/antisemitism_in_church.htm, consulté le 28 mai 2007.
  21. Ibid.
  22. Ibid.
  23. Knox Theological Seminary, « An Open Letter to Evangelicals and Other Interested Parties : Le peuple de Dieu, la terre d’Israël et l’impartialité de l’Évangile, »
  24. www.knoxseminary.org/Prospective/Faculty/WittenbergDoor/index.html, consulté le 30 mai 2007.
  25. Ibid, introduction.
  26. Ibid, section IV.
  27. Ibid, section IX.
  28. Ibid, conclusion.
  29. Le Coran, sourate 5:60.

Source : Article de DR. DAVID R. REAGAN DE LION AND LAMB MINISTRIES traduit du site oneforisrael.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *